Démarrer une entreprise n’est pas chose aisée. Il faut relever de nombreux défis et la première concerne les ressources financières. Dans ce cas, il est primordial de connaître toutes les options avant de choisir la solution la mieux adaptée.

Les solutions traditionnels

De nombreux entrepreneurs se tournent vers les banques. C’est un des moyens les plus utilisés pour se financer. Il suffit d’avoir un bon projet et un plan de financement clair. La plupart du temps, une garantie est demandée. Heureusement, des organismes peuvent se porter garants. Recourir aux biens personnels est en outre une bonne alternative. Grâce à une maison par exemple, il sera possible d’obtenir une hypothèque. Divers biens et actifs peuvent de même être vendus afin d’avoir davantage de fonds. Cependant, les banques ne prennent pas en charge certains frais tels que l’étude du marché. De plus, elles réclament un apport minimal de 15 à 20%. Cependant, il y a bien d’autres moyens de se financer. Déjà, il est possible solliciter la famille ou les amis qui veulent soutenir le projet. Si les proches ne sont pas partants, il n’y a qu’à se tourner vers les Business Angels. Ce sont d’anciens patrons qui investissent leur patrimoine dans les start-ups. En dehors de cela, pour gagner davantage de capital, de nombreuses personnes font appel à un associé. Le mieux est de choisir quelqu’un qui apportera de nouvelles compétences et des contacts. Enfin, le recours à un credit consommation sans justificatif peut aussi être envisageable si votre besoin ne dépasse pas les 75000 € et que vous avez une bonne capacité de remboursement.

Les alternatives intéressantes

Afin d’avoir plus de ressources, les prêts d’honneurs sont pratiques. Il n’y a ni intérêts ni garanties. Ils sont délivrés par des organismes extra-bancaires. De plus, ces organismes offrent un accompagnement lors de la phase de démarrage de l’activité. Par contre, en décrocher un reste assez difficile. Certaines plateformes sur internet permettent également de mobiliser des fonds grâce au public. Cela s’appelle crowfunding ou financement participatif. Dans ce cas, une bonne présentation du projet est primordiale. L’apport peut être sous forme de dons, de prêts ou de l’achat d’une action. Entre autres, des concours sont organisés pour stimuler la création d’entreprises. Il y a par exemple le concours national d’aide à la création d’entreprises innovantes. En même temps, cela fait déjà un peu de publicité gratuite. Certaines sociétés soutiennent notamment les créateurs d’entreprise. Ils préparent les dossiers et les plans d’affaires pour les investisseurs. Ils réclament une contrepartie en échange de leurs services. Mais cela peut s’avérer judicieux face aux investisseurs qui reçoivent une panoplie de propositions par jour. Faire appel aux aides et subventions de l’Etat est également une alternative intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *